jeudi 7 juin 2007

Les aventures trépidantes de Maurice le chevalier : 5e épisode, le voyageur de la lune

Résumé des épisodes précédents : Le chevalier Maurice est parti sauver une princesse, que l’on dit enfermée dans une tour au milieu d’un jardin enchanté. Il a échappé aux griffes du dragon, gardien du jardin, et a déjoué les pièges de la forêt. Atteignant le pied de la tour, il a réussi a y grimper, mais au moment où il allait atteindre la fenêtre de la chambre princière, quelqu’un coupa la corde à laquelle il s’agrippait.

Il faut croire que notre chevalier Maurice était bien de la trempe des héros, car il était tombé de haut, sa chute avait été très brutale, pourtant, mis à part quelques bleus et autres égratignures, il ne s’était rien cassé.

Mais le bruit qu’il avait fait en tombant au pied du donjon avait alerté quelqu’un ou quelque chose… le dragon peut-être ?


C’était l’aide jardinier du dragon : un lutin à l’air mauvais et râleur : il y avait de quoi, Maurice le chevalier était tombé au beau milieu de ses boutures de fraisiers et avait tout cassé !…
Et voilà ! cria le petit personnage de sa voix grave (oui, il n’avais pas une voix aiguë comme la plupart des lutins, ce sont des choses qui arrivent…) Et voilà ! Et après on se demande pourquoi on interdit l’accès de ce jardin aux chevaliers : ils cassent tout et se conduisent comme des voyous ! Espèce de malappris ! Est-ce que vous aimeriez que je casse votre ridicule couvre chef doré ? Non ? Alors pourquoi vous en prenez-vous à mes plantations ?

Le chevalier Maurice était vraiment bien ennuyé… il se répandit en plates excuses auprès du lutin, et se dit prêt à tout rempoter… N’en parlons plus, vous risqueriez de faire encore plus de bêtises, jeune homme. Le lutin était encore de bien mauvaise humeur…
Mais que faites-vous ici ? – Je ne vous demande pas comment vous êtes rentré, je ne veux pas le savoir ! C’est pour la princesse, c’est ça ? Comme les autres, hein ? Toujours à courir après les princesses, sans jamais faire attention aux fraisiers…
Bon, si vous voulez de bons conseils, vous feriez mieux d’aller voir Hercule. Mais moi, à votre place, j’éviterai d’essayer de l’attraper, celle-là…

HERCULE !!!! VIENS VOIR !!!

Hercule ? Quelqu’un dont il allait probablement avoir bien besoin, un pro du voyage dans l’espace… Il vit en face de lui un personnage dont le profil lui rappelait vaguement…

Cyrano-Savinien-Hercule De Bergerac, à qui ai-je l’honneur ?
Le chapeau, la plume, le nez, oui, c’était bien lui, Maurice n’en revenait pas ! Ne surtout pas regarder son nez, ne surtout pas….

Maurice, chevalier de son état, enchanté Monsieur Cyrano!

« j' arrive -excusez-moi ! -par la dernière trombe.
Je suis un peu couvert d' éther. J' ai voyagé !
J' ai les yeux tout remplis de poudre d' astres. J'ai
aux éperons, encor, quelques poils de planète !
(cueillant quelque chose sur sa manche.) tenez, sur mon pourpoint, un cheveu de comète ! ... »

Bon, ça, c’est le texte que Rostand avait écrit pour moi, mais mon cher Maurice, tu comprendras que je ne le suive pas toujours à la lettre, n’est-ce pas ?
Alors, si j’entends bien tu veux grimper là haut, et aller rendre visite à la princesse c’est ça ?
Oui, … mais aussi la délivrer, bien sûr, dit Maurice fièrement ! Les chevaliers sont faits pour ça !

Mouais, passons sur le destin des chevalier et la délivrance des princesses, veux-tu ? Si mon expérience peut t’aider, ce sera toujours ça…
Alors voilà, moi, je ne suis allé que dans la lune, pas en haut de cette tour, mais ça ne doit pas être plus compliqué.

Alors, fit Cyrano en comptant sur ses doigts : Sais-tu que j’ai inventé 6 façons d’ aller dans la lune ? « six moyens de violer l' azur vierge ! » comme me faisait dire mon ami Edmond. Si tu veux les détails, tout est écrit noir sur blanc dans sa pièce, comme dans mon livre, j’ai tout noté.

L’un de mes idée consistait à souffler dans un globe assez de fumée - puisqu’elle a tendance à monter - pour m' emporter.
J’aurais pu inventer la montgolfière avant son apparition.


Oui, pensa Maurice, comme les ballons des enfants…

J’avais pensé aussi à un système très compliqué d’air raréfié dans un coffre en cèdre, grâce à un jeu de miroirs icosaèdres, mais c’était vraiment trop … délicat.



Il y avait aussi une histoire de moelle de bœuf, mais ça risquait de dégoûter les dames, j’ai abandonné.


Pourtant, pensa Maurice, ça aurait pu être un bon moyen : tout le monde sait que c’est de la moelle des os de boeuf que leur poussent les ailes que l’on voit sur le dos des petits veaux lorsqu’ils tombent du nid…

Et les autres moyens ? demanda Maurice

… à suivre !

5 commentaires:

Virginie a dit…

On en redemande!

vite vite la suite! je suis accroc!

La Trollette a dit…

Ah! Mais Cyrano vit pas loin de chez moi! héhé!
Et voici que j'ai ENFIN une justification PLAUSIBLE pour continuer à manger de la moêlle : je veux un deuxième L à mon prénom, pour mieux voler :o)

Marraine a dit…

> Virginie: la suite la semaine prochaine, à la même heure... tu vas tenir jusque là? ;-)

> La Trollette: selon Rostand, il fallait s'enduire de moelle de boeuf et... je ne sais plus trop... acte 3, scène 13! Et dans le texte de Cyrano lui-même, je te laisse regarder: http://abu.cnam.fr/cgi-bin/go?voylun3

zoechiffon a dit…

IMPEC ! LE CYRANO HERCULE .....

Marraine a dit…

> Zoechiffon: Et tu vas voir la suite! ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...