mercredi 13 avril 2011

Ce loin-là

Ce loin- s'appelle Mauritanie.
Quelques jours trop vite passés, qui m'ont donné envie de revenir avec la possibilité de visiter, de voir, de vivre et de revoir les gens rencontrés lors de ce premier séjour.

Envie de voir les maisons peintes de Oualata, les bibliothèques centenaires de Chinguetti, les dunes et les tentes, les marchés et les rues...

Photobucket
- Photo : Laurent Monlaü, (1995) Au second plan, l'homme qui m'a recommandé de lire le livre à droite, lui-même journaliste et écrivain.
- La Fille du Chasseur, Sophie Caratini, la vie d'une mauritanienne hors du commun, (paru mars 2011)
- Livre de Chinguetti (ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco), là où le sable mange les bibliothèques. (Voyez également l'article "Les grands voyages ont ceci de merveilleux que leur enchantement commence avant le départ même... " sur le blog de Caroline, Fenêtres sur la cour)
- Kora Mauritanienne (source)


Un pays où la poésie et la musique sont si important qu'il arrive fréquemment que les convives d'une soirée déclament des vers plus beaux les uns que les autres.

" " Ce que j'apprends loin de toi
vaut-il ce que j'oublie de nous?"


Une phrase citée lors d'un diner, qui m'est restée en mémoire, mais pas le nom de l'oeuvre dont elle est tirée, malheureusement, ni le nom de l'auteur... (mais je vais retrouver, promis)


Photobucket

- Un croquis emprunté à Isabel Fiadeiro sur son blog de dessins de Nouakchott.
- Shémas extraits de "Notes sur le harnachement chamelier,Théodore Monod"
- Coffret traditionnel en ébène et argent (source)
- Livre "L'art Du Cuir En Mauritanie, ou Le Raffinement Nomade", Marie-Françoise Delarozière
- Selle de dromadaire.
- Le thé mauritanien, trois verres de thé qui ne peuvent se refuser. Partir avant le troisième ou en accepter un quatrième seraient des gestes très mal perçus.


" Le premier thé est âpre comme la vie,
le second est fort comme l'amour
et le troisième suave comme la mort."




Photobucket
- Photo : Laurent Monlaü, (1995)
- Un extrait des pages du journal de voyage de Violette " Carnets d'Afrique", le boubou mauritanien, blanc ou bleu ( sans distinction de signification) rebrodés plus ou moins richement. (Pour conduire, ce n'est pas très facile, private joke)

Photobucket
- Photos du haut : Laurent Monlaü, (1995) Des femmes de Nouakchott.
J'ai été impressionnée d'apprendre qu'elles avaient le droit de divorcer, qu'elle gardaient alors leur dot, et que le mari était "jeté dehors" (ou presque!)
- Collier d'ambre et d'argent.
- Photo : Pascal Meunier, Oualata, la ville aux maisons peintes. (Voyez aussi l'article de Caroline, "L'ocre sur les murs de Oualata" Photo tirée du film En attendant les hommes

8 commentaires:

alma a dit…

Un tour d'horizon qui fait rêver...

caroline_8 a dit…

et déjà en 2008, tu voulais voir Oualata...
j'aime les photos de Laurent Monlau!

Marraine a dit…

> Caroline : oui, tu m'en avais donné envie, je ne connaissais pas du tout, mais j'irai un jour!
J'ai découvert els photos de Laurent Monlau lors de leur publications, en 1995, et les ai retrouvées avec plaisir dans le livre qui leur est consacré, il y a quelques jours, sur place.

Merisi a dit…

What interesting glimpses of a different culture, merci!

Mulot a dit…

C'est magnifique toutes ces couleurs, quel voyage !

Dominique K a dit…

riche !

Vanessa a dit…

J'adore ce carnet de voyage....

rencontre femme russe a dit…

Je suis tombée sur votre blog par hasard. Bonne pioche ! J'adore. C'est tout à fait mon style. On sent que vous faites cela avec le coeur et vos articles en sont d'autant plus intéressants. Je vous suis dorénavant avec attention ;-) Continuez....
Je ne regrette pas d'avoir perdu 10 minutes à lire quelques uns de vos articles. Ce dernier est particulièrement bon. C'est super de partager cela. Merci à vous de partager vos idées et votre vision avec les autres, il semble qu'on ait pas mal d'atomes crochus :-) et j'aime ça. Je reviendrai. Au plaisir de vous lire.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...