jeudi 3 juillet 2008

Anna et la transformation de choses

Photobucket
Robin Schwartz
"Amelia and Rebecca in Spring 2005"


"Dans la forêt, j’ai vu des lapins, et des cerfs, et un tas d’oiseaux, et aussi des biches, et même une biche qu’était morte, mais j’ai pas vu de gens, ils étaient tous au bistrot, et quand j’ai vu la biche qu’était morte, ça m’a fait pleurer un peu.
(..) j’ai touché. Ca a fait pouf ! comme de la poudre de riz , et ça a volé dans mon nez ! Quand y a plus de poudre, ça va dans la terre, Alors l’herbe pousse dedans, et puis les moutons mangent l’herbe, et moi, je mange les moutons, ça fait que je mange la biche morte, et comme c’est Mister God qu’a tout créé, je mange Mister God tout le temps, comme les gens à l’église. Seulement moi, c’est drôlement mieux, j’le mange pas juste une fois, mais tout le temps !

Une des questions qui turlupinaient Anna, c’est cette fichue manie qu’avaient les choses de changer de forme – le têtard devenait grenouille, la chenille papillon ; les lapins morts qu’elle avait vu à Epping Forest avaient indiscutable ment changé de forme. Même la bicoque près de chez nous (…) changeait insensiblement de forme et d’allure. (…)
Evidemment, j’aurais pu lui expliquer le mot « déclin » , mais je m’en gardais bien. Anna parvint donc à la conclusion suivante : Quand un truc changeait de forme, c’est que ce truc avait quelque chose d’autre à faire pour Mister God. Pour Anna, la mort était juste une péripétie. Un point précis dans la vie où vous commenciez à changer de forme. "

Extraits du Cahier d’Anna. (Seuil)

"La différence qu’il y a entre un ange et une personne ? Facile. Un ange, c’est presque tout en dedans, une personne presque tout en dehors. Ainsi parlait à 6 ans, Anna, également connue sous les noms de Pompom’ Souris, ou La Joie.
A cinq ans, Anna connaissait parfaitement le but de l’existence, la signification de l’amour, et était l’amie intime et le bras droit de Mister God.
A six ans, elle était théologien, mathématicien, philosophe, poète et jardinier. Quand on lui posait une question , la réponse venait toujours, en temps utile. Parfois, il fallait patienter des semaines ou des mois, mais alors, à son rythme et en son temps, la réponse venait : simple, directe, et parfaitement à propos."

Extrait de Anna et Mister God, deux livres qui sont pour moi de très grands classiques de mon adolescence, tellement "évidents".

6 commentaires:

Daniela a dit…

Merci, Marraine, de nous faire découvrir ces deux livres. Je m'en vais me les procurer ce matin. C'est toujours un plaisir de venir visiter votre blog. Pour moi, c'est comme entrer dans une forêt enchantée... Belle journée!

Béatrix a dit…

Comme je suis heureuse que tu en parles, c'est aussi un livre qui m'a marqué et que j'ai utilisé dans la réalisation de ma dernière expo au musée archéologique..peu le connaisse pourtant...c'est vraiment bien que tu le fasse découvrir..c'est un livre absolument magnifique...

Marraine a dit…

> daniela: j'espère que vous allez les trouver, ils étaient en rupture de stock la dernière fois que je les ai cherchés, j'ai retrouvé "Anna et Mister God" sur ebay.

> Beatrix: Tu me fais penser que j'aurais du offrir ces texte à mon neveu pour sa première communion, moi qui n'aime que très moyennement les livres de "caté", celui-là aborde plus que la religion: c'est de la philosophie si facilemnt abordable.

Vanessa a dit…

MAgnifique, il me faut le (les?) trouver...
et puis cette dépouille me parle... de la poudre de riz qui devient autre chose.

Marraine a dit…

> Vanessa: le premier est le plus important: Anna et Mister God. Si tu le trouves, en plus, le Cahier d'Anna est un bon complément. Je crois qu'il y en a un troisième, mais il n'avait pas eu autant de succès.
C'est un très grand classique de la littérature de jeunesse anglophone.

Bridget a dit…

Je n'en avais jamais entendu parler, je suis née trop tôt mais j'ai bien envie de le trouver maintenant!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...